Monica Piccinini, Susanna

Sonia Tedla, Profeta Daniele

Carlos Mena, Testo

Fernando Guimarães, Giudice

Gabriele Lombardi, Giudice

L’histoire de Susanna se trouve dans l’Ancien Testament, au chapitre 13 du livre du prophète Daniele. Elle nous raconte les malheurs de Susanna femme d'une extraordinaire beauté, à qui deux juges tendent un piège alors que, avant la tombée de la nuit, elle prend son bain dans le jardin de son mari Joachim.
 Ces deux juges, qui se « meurent » d’envie pour sa beauté, mettent cette femme devant un choix impossible : céder à leurs avances ou être dénoncée pour adultère, car ils affirmeront l'avoir trouvée avec un amant.
 Susanna, guidée par sa vertu et sa foi en Dieu, préfère être accusée injustement et rester innocente et chaste plutôt que pêcher devant Dieu.
 Condamnée à mort pour un prétendu adultère sur les fausses déclarations des juges, Susanna, dans l’obscurité de sa cellule, invoque Dieu tout puissant pour qu’il la ramène à la lumière de la vie. Celui-ci inspire le prophète Daniele afin qu’il montre la vérité au peuple. La justice divine triomphera et la pureté de Susanna vaincra sur les âmes corrompues des juges.

 

Le livret, qui s'inspire du récit biblique, se position entre l’opéra et l’oratorio. L’opéra avec tout son charme conquiert le public, l’oratorio avec son sujet sacré l’instruit à travers ses trois niveaux de lecture, propres aux œuvres sacrées depuis le Moyen Age, à savoir la narration elle-même, la dimension symbolique et la dimension morale.

 

Citons comme exemple la figure de Susanna nageant dans l’eau du bassin  “source d’eau pure de son propre jardin”. Avec cette image qui met Susanna en parallèle avec une nymphe, tous les deux symboles de pureté, le public se retrouve devant un opéra. Au même temps on retrouve dans son personnage le message de l’oratorio : la foi en Dieu nous garde pures et sa justice sauvera le plus faible.

 

L’Armonia degli Affetti interprète cet oratorio en soulignant le charme contenu dans les airs de cette « Susanna », mais le travail qui caractérise cette exécution se porte sur la partie improvisée de la basse continue. La réalisation de cette partie est en fonction de la conception symbolique des personnages et des trois niveaux de lecture.

La basse continue raconte donc les différentes situations de l’histoire, en concert avec les parties écrites des violons elle transforme en son les émotions des personnages, et évoque également les figures symboliques présents dans le livret.

Le résultat en est un grand tableau d’images sonores qui conduisent inévitablement l’auditeur à découvrir en soi-même la dimension morale.

 

Malgré le petit effectif vocal et instrumental, l'Armonia degli Affetti parvient à offrir une palette sonore extrêmement nuancée du récit, des personnages et de la richesse de leurs émotions (affetti).

© 2018. Ensemble L'Armonia degli Affetti